LA VIE RELIEUSE ET LE RÈGLEMENT AU LAOS

La religion prédominante du Laos est le bouddhisme Theravada. Le bouddhisme était la religion d’État du royaume prépublic du Laos, et l’organisation de la communauté des moines et des novices, le clergé (sangha), était parallèle à la hiérarchie politique. Les bouddhistes – principalement des Lao des plaines – représentent environ la moitié de la population du pays. Les deux cinquièmes de la population, principalement les groupes Lao Theung et Lao Soung, suivent des religions locales non bouddhistes. Cependant, le bouddhisme et la religion locale ne s’excluent pas nécessairement mutuellement; il existe à la fois une pratique syncrétique et une tolérance générale pour les traditions religieuses locales au sein de la communauté bouddhiste en général.

De même, certains des peuples des hautes terres, en particulier ceux qui ont migré du sud de la Chine, mélangent les idées confucéennes avec le bouddhisme et les religions locales. Les Vietnamiens, qui vivent à la fois dans les villes et dans les zones rurales du nord-est, pratiquent un mélange de bouddhisme mahayana et de confucianisme.


D’autres communautés religieuses plus petites comprennent des chrétiens, des musulmans et des adeptes de la foi baháʾīe. Bien que la constitution du pays prévoie la liberté de religion en théorie, le gouvernement restreint ce droit dans la pratique, en particulier en ce qui concerne les religions minoritaires. Depuis quelques tentatives brutales au lendemain de 1975 de prendre le contrôle de la sangha, qui était perçue comme une organisation populaire rivale, et la fuite de nombreux moines à l’étranger, le gouvernement a fait preuve de prudence. Le régime a favorisé un renouveau de la culture bouddhiste et de la création de mérites et a également toléré la pratique de nombreuses traditions religieuses uniques qu’il avait précédemment découragée publiquement comme «superstitieuses».

Les types de peuplement


Le Laos est essentiellement rural et agricole. Les nombreuses communautés de vallées isolées préservent une variété de traditions, de langues et de dialectes. Les villages de plaine sont généralement situés à proximité des rivières et des routes qui donnent aux gens accès aux commerçants itinérants ainsi qu’entre eux. La plupart des colonies sont disposées autour d’une rue principale ou d’une zone ouverte, avec des terres agricoles adjacentes aux zones résidentielles. Chaque village de plaine, s’il le peut, possède un temple bouddhiste et soutient au moins un moine. Le complexe du temple comprend généralement un bâtiment public qui sert d’école et de salle de réunion. La direction du village est généralement divisée, le chef surveillant les affaires laïques, le moine ayant autorité dans les affaires religieuses.


Les peuples des hautes terres et des Midlands, respectivement Lao Soung et Lao Theung, sont largement organisés selon les clans et vivent en petits groupes. La plupart cultivent des swiddens (c’est-à-dire des champs qui sont défrichés et cultivés pendant quelques années avant d’être abandonnés et autorisés à retourner en forêt), chassent le gibier et collectent divers produits forestiers comestibles et non comestibles. Chez certains peuples, en particulier les Hmongs, la culture itinérante a empêché la création de villages permanents. Les habitants des Midlands vivant plus près des plaines ont eu plus tendance à acquérir les langues et les cultures de leurs voisins et à faire du commerce avec eux; ceux qui vivent à des altitudes plus élevées restent moins manifestement acculturés.

La vie urbaine au Laos se limite principalement à la capitale, Vientiane, l’ancienne capitale royale, Louangphrabang, et quatre ou cinq autres grandes villes. À l’exception de Louangphrabang, tous sont situés dans la zone de plaine inondable près du Mékong. Leurs populations sont majoritairement laotiennes, avec de plus petits groupes de Chinois, de Vietnamiens et d’Indiens.

Le pays est resté extrêmement rural, la majeure partie de la population vivant dans des villages allant de quelques à plusieurs centaines de ménages. Le Laos a la plus faible densité de population de tous les pays d’Asie du Sud-Est, et sa population est également l’une des plus jeunes. Un taux de natalité élevé est compensé par un taux de mortalité infantile élevé, ainsi que par une espérance de vie nettement inférieure à la moyenne mondiale.

Environ la moitié de la population est concentrée dans les plaines et entre un tiers et deux cinquièmes sont des citadins. Depuis le milieu des années 70, il y a eu une émigration considérable de personnes en provenance du Laos, y compris non seulement des survivants de «l’armée secrète» hmong de la guerre du Vietnam (1954-1975), mais aussi de nombreuses élites professionnelles et éduquées du pays. De grandes communautés laotiennes et hmongs vivent désormais aux États-Unis, en Australie et en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *