Le Cap-Vert fait le pari d’un tourisme durable qui profite à tous

L’Afrique contre la pauvreté (5/6). Alors que la population ne voit pas les retombées du tourisme de masse, l’Etat souhaite l’impliquer dans l’accueil des visiteurs en quête de séjours plus authentiques.
D’un geste ample, Heriberto Duarte indique à un petit groupe de trekkeurs la vallée de Paul, sans doute la plus majestueuse de l’île de Santo Antao, dans le nord-ouest de l’archipel du Cap-Vert. « Ici, la main des habitants n’est intervenue que pour bâtir des maisons traditionnelles ou pour tracer des sentiers qui relient fermes et hameaux », explique le jeune homme de 28 ans, guide de randonnée depuis 2013. Avec ses cultures en terrasses et ses pentes vertigineuses, Santo Antao dévoile un spectacle grandiose, où alternent montagnes abruptes, vallées luxuriantes, canyons arides et côtes rocheuses. Un paradis pour les marcheurs et les amoureux d’horizons sauvages.
Depuis le printemps, les travaux de balisage des principaux itinéraires de randonnée sont terminés, facilitant le travail des guides indépendants comme M. Duarte. De même, depuis deux ou trois ans, les habitants, fortement encouragés par les autorités locales, ont commencé à développer diverses activités, de la petite épicerie-bar à la maison d’hôte, afin d’accueillir les visiteurs. A cela s’ajoutent la création de petites infrastructures et des chantiers d’extension des réseaux d’électricité et d’eau.
L’objectif est ambitieux : résorber la pauvreté en devenant l’une des plus grandes destinations du tourisme durable. « Pour cela, il est indispensable de favoriser l’implication des communautés à chacune des étapes », explique Valter Silva, l’adjoint au maire de Porto Novo (sud-est de l’île) chargé du développement économique.

Car, malgré de nombreux atouts, Santo Antao est la plus défavorisée des dix îles qui composent le pays : selon l’Institut national des statistiques, près de 46 % des 40 000 habitants vivent avec moins de 1,90 dollar (1,70 euro) par jour. Sur l’ensemble du pays, la pauvreté touche 35 % des 550 000 Capverdiens (contre 58 % en 2001). Un chiffre que le gouvernement du premier ministre, José Ulisses de Pina Correia e Silva, affirme vouloir réduire à 28 % d’ici à 2021.
« Déployer les atouts des îles rurales »
Le Cap-Vert, archipel perdu au large du Sénégal, affiche depuis vingt ans l’un des meilleurs résultats en matière de lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne. Il s’est hissé, en 2008, dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire et se situe aujourd’hui au cinquième rang des pays subsahariens pour l’indice de développement humain des Nations unies, qui se fonde sur l’accès à l’éducation, l’espérance de vie, le revenu brut par habitant, etc. S’y ajoutent une évolution constante de sa croissance (5 % en 2018) et une inflation maîtrisée, autour de 1,3 %. Dans un rapport publié en juillet, l’ONG Oxfam fait figurer le Cap-Vert en tête des pays ouest-africains les plus engagés pour la réduction des inégalités, devant la Mauritanie et le Sénégal, et même devant le Ghana, la deuxième économie régionale.
Cette dynamique est favorisée par la stabilité politique et la solidité des institutions de l’ancienne colonie portugaise, indépendante depuis 1975. Et elle passera désormais par la promotion de l’écotourisme. « Jusqu’ici, l’activité était concentrée sur le tourisme balnéaire dans deux îles, Sal et Boa Vista. L’idée est de déployer les atouts des îles rurales comme Santo Antao, Sao Nicolau, Fogo ou Santiago, où on peut développer de belles alternatives autour du voyage écoresponsable et culturel », souligne Francisco Sanches Martins, directeur général au ministère du tourisme et des transports à Praia, la capitale.
Le « M. Tourisme » du Cap-Vert rappelle le double objectif du Plan stratégique national de développement durable adopté pour la période 2017-2021 : réduire les inégalités et protéger l’environnement. Ce n’est donc pas un hasard si l’île de Santo Antao, où la nature est encore préservée du tourisme de masse, a été choisie comme territoire pilote pour dérouler la stratégie gouvernementale.
Depuis les années 2000, le Cap-Vert est devenu une destination prisée, vantée comme un eldorado dans la plupart des guides touristiques. Entre 2010 et 2016, le nombre de chambres a doublé, passant de 5 800 à presque 12 000. La plupart de ces hébergements se trouvent concentrés dans des complexes de luxe installés sur les rivages de Sal, Boa Vista ou Sao Vicente, des îles courues par des foules de touristes en quête de farniente, de soleil et de plage.
Si l’archipel cherche aujourd’hui à diversifier son offre, c’est qu’il a bien conscience des limites auxquelles est parvenu le modèle actuel : près de 90 % des 700 000 visiteurs se rendant chaque année au Cap-Vert prennent des séjours « tout inclus » dans ces luxueux hôtels et plus de la moitié d’entre eux atterrissent dans la seule île de Sal. Les bénéfices pour l’économie nationale sont dérisoires. Selon une étude de la direction régionale pour l’Afrique de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), seulement 17 % du budget des visiteurs, en 2016, avait été dépensé localement : dans l’achat de souvenirs, la restauration, les télécommunications ou la visite de sites patrimoniaux.


Les voyagistes font de la résistance


Mais échapper à ce modèle du « all-inclusive » ne sera pas facile : les voyagistes, en majorité des filiales de grands voyagistes internationaux, y opposent une farouche résistance. « Lorsque le tourisme a commencé à se développer, il n’y avait pas d’autre solution que des formules “tout compris”. Aujourd’hui, le Cap-Vert étant en concurrence avec des destinations telles que les Canaries, les Baléares ou les Caraïbes, le forfait “all inclusive” est encore moins contournable. Le touriste qui se rend dans une destination inconnue ou émergente recherche d’abord sécurité et confort », argumente Victor Fidalgo, consultant pour The Resort Group, un consortium britannique spécialisé dans la création de complexes hôteliers et de villégiatures de luxe.
Le lobbyiste cherche surtout à accréditer l’idée que le Cap-Vert n’est pas encore en mesure, en termes d’infrastructures, d’attirer les personnes voyageant en dehors du « tout-inclus ». Ce qui, pourtant, est de moins en moins vrai. Partout, dans les autres îles, se développent de petites structures d’accueil, hôtels, pensions et chambres chez l’habitant, favorisant des séjours de découverte plus intimistes, des randonnées en montagne, la visite des nombreux parcs nationaux, sans oublier les sites inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité tels que Cidade Velha, un bourg à l’est de Praia qui renferme un pan de la longue et tragique histoire de la traite négrière dans ce pays.
A cela s’ajoutent d’autres facteurs, comme l’amélioration sensible des liaisons maritimes et aériennes entre les îles (sept aéroports, dont quatre internationaux), l’émergence d’agences de voyage locales, qui tentent, tant bien que mal, de ne pas se laisser phagocyter par les tour-opérateurs étrangers, mais aussi les transferts d’argent des quelque 700 000 Capverdiens de la diaspora (soit 20 % du produit intérieur brut, juste après le tourisme, dont la part est de 25 %).
« Si nous voulons tenir notre ambition de 1 million de visiteurs en 2021 et 3 millions d’ici à 2030, nous n’avons pas d’autre choix que de diversifier l’offre et de poursuivre l’amélioration des capacités d’accueil et de transport en encourageant l’investissement privé local et étranger », indique Francisco Sanches Martins. En juin, la structure qu’il dirige a été transformée en institut du tourisme, devenu autonome. Mais sa mission reste la même : réguler l’industrie touristique et, surtout, parvenir à la création de 13 000 emplois directs supplémentaires dans le secteur d’ici à deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *