LE PROGRAMME D’EXEMPTION DE VISA ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET ISRAËL VA DEVENIR UNE RÉALITÉ

Les États-Unis et Israël ont convenu de signer l’ Accord de prévention et de lutte contre les crimes graves . Cela permettrait aux États-Unis d’interroger les autorités israéliennes sur les empreintes digitales découvertes sur les lieux de crimes majeurs et de déterminer si elles appartiennent à un citoyen israélien. Les États-Unis devraient également pouvoir récupérer le statut juridique d’un suspect.

L’accord est perçu comme un tremplin vers la signature d’un programme de dispense de visa dans un proche avenir. Actuellement, les citoyens israéliens doivent suivre une procédure difficile pour pouvoir demander et obtenir un visa aux États-Unis. Les négociations entre les États-Unis et Israël en vue de la conclusion de l’accord PCSC conduiraient à de meilleures relations entre les deux pays.

Les deux pays devraient signer l’accord dans les prochaines semaines. On pense par la suite qu’Israël se joindrait à d’autres pays du programme d’exemption de visa. Au lieu de devoir se soumettre à plusieurs questionnaires, entretiens et s’acquitter de plusieurs frais pour obtenir un visa, les citoyens israéliens n’auraient qu’à s’inscrire à l’ESTA. Electronic Systeam for Travel Authorization est un système automatisé créé par le gouvernement des États-Unis pour déterminer le statut d’éligibilité des citoyens de pays participant au programme de dispense de visa. Si les Israéliens peuvent demander une ESTA, ils ne seront plus obligés de demander un visa.

Israël finira par rejoindre le programme de dispense de visa

Le procureur général Avichai Mandelblit et le sous-procureur général chargé du droit international, M. Roy Schöndorb, se sont rendus à Washington pour discuter de l’accord avec le ministère américain de la Justice. Les États-Unis ont des accords similaires avec 41 pays, dont l’Australie, le Japon, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Un tel accord est considéré comme une condition préalable à l’adhésion au programme de dispense de visa.

L’accord a rencontré une certaine résitance. Certaines personnes ont exprimé leurs préoccupations concernant le droit des citoyens israéliens à la vie privée . Cependant, l’accord précise qu’aucune agence américaine n’aura un accès direct aux bases de données d’information israéliennes. Les États-Unis ne peuvent demander des informations que sur des empreintes digitales spécifiques recueillies sur une scène de crime. Dans le passé, en raison de l’absence de technologie, il était difficile pour la police israélienne de fournir des informations sur le statut juridique des citoyens israéliens impliqués dans des crimes majeurs.

Pour qu’un pays puisse se qualifier et adhérer au programme d’exemption de visa, le taux de personnes dont le visa a été refusé ne doit pas dépasser 3% par an. Israël, cependant, avait un nombre plus élevé et en 2016, le taux d’Israéliens à qui un visa avait été refusé était de 4,1%. Beaucoup de jeunes sortis de Tsahal ont tendance à demander un visa et se voient souvent refuser le visa.

Les prochaines semaines seront importantes pour les deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *