NOUVELLES RÈGLES POUR LES PAYS DISPENSANT DES VISAS DÉFINIES PAR L’ADMINISTRATION DE TRUMP

Vendredi dernier, l’administration Trump a défini de nouvelles exigences pour les 38 pays membres du programme américain d’exemption de visa . Il a été annoncé qu’ils utiliseraient les données américaines en matière de lutte contre le terrorisme afin de filtrer les voyageurs de pays dispensés de l’obligation de visa qui souhaitaient se rendre aux États-Unis.

Le programme d’exemption de visa américain est géré par le Department of Homeland Security . Il permet aux citoyens de 38 pays de se rendre aux États-Unis à des fins touristiques ou commerciales pendant une période maximale de 90 jours. Ces pays ne sont pas censés demander un visa, mais ils peuvent demander en ligne une autorisation de voyage électronique, également appelée ESTA.

Le président des États-Unis, Donald Trump, cherche à renforcer les règles et les restrictions applicablesà ceux qui souhaitent se rendre ou vivre aux États-Unis. Trump affirme que ces mesures sont nécessaires pour améliorer la sécurité nationale.

Les nouvelles règles s’appliqueront aux 38 pays qui participent à ce programme. Selon l’agence de presse Reuters, “un changement est qu’ils seront obligés d’utiliser les informations américaines pour contrôler les voyageurs en provenance de pays tiers qui franchissent leurs frontières”.

Les citoyens de certains pays dispensés de l’obligation de visa ont tendance à passer trop de temps.Les pays qui comptent un nombre élevé de citoyens qui passent trop de temps aux États-Unis devront lancer des campagnes de sensibilisation pour informer leur population des conséquences de rester au-delà de la période autorisée. La pénalité pour séjour prolongé est que la personne ne pourra plus voyager sans visa aux États-Unis.

Actuellement, le seuil pour la durée de séjour supérieure est de 2%. Selon les données officielles du département de la Sécurité intérieure, parmi les pays dispensés de l’obligation de visa qui ont dépassé ce pourcentage figurent la Grèce, la Hongrie, le Portugal et Saint-Marin. Cependant, le total des séjours dans les pays dispensés de l’obligation de visa ne représente que 0,68%.

Reuters rapporte que les membres du Congrès ont fait part de leurs préoccupations concernant les dépassements de délai et les risques de sécurité que ceux-ci présentent. Selon un rapport des inspecteurs du DHS publié en mai, les États-Unis ne disposent pas d’un programme ou d’un système permettant de collecter des informations sur les visiteurs étrangers qui quittent le pays. L’EDS s’appuie sur des données tierces pour confirmer les départs.

Un responsable a déclaré que l’objectif principal de ces nouvelles règles est de “s’assurer que leurs employés, les travailleurs de l’aviation, etc., ne sont pas corrompus ou cooptés pour représenter une menace pour les aéronefs, en particulier ceux qui sont liés aux États-Unis”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *